LA CONSTRUCTION DE LA FACTORY

17 septembre 2012

 

Ce que la Factory produit, le « what »

 L’agilité, et l’agilité à l’échelle, était un principe que nous avons tenu à mettre en place dès le démarrage de la Factory. Pour autant, nous sommes pragmatiques, et nous l’appliquons sur les projets qui s’y prêtent et nous l’adaptons pour les autres projets. Notre organisation de delivery comprend notamment :

Trois trains à l’échelle : le train souscriptions qui porte tous les développements de tunnel de souscription en ligne ou d’initiation des souscriptions pour une concrétisation ensuite en agence (ex : crédit équipement pro, qui génère aujourd’hui près de 15% des ventes du Groupe), le train Deep Purple web et le train Deep Purple natif qui portent l’ensemble des opérations de selfcare des clients, dont le pilotage de la carte, les virements en ligne, etc. ;
Deux programmes transverses, pour lesquels une organisation agile n’était pas évidente mais dans lesquels des principes agiles sont appliqués (principe des sprints notamment) : le programme Meniga, qui va permettre une revue complète de la présentation des comptes avec un historique des transactions de 2 ans, des dispositifs d’alerting ou de conseil au travers de l’application ; le programme Accès Sécurité, transverse à l’ensemble de fonctionnalités digitales, qui porte l’ensemble des solutions d’accès pour le client avec Secur’Pass, l’authentification forte, les solution d’agrégation, etc. Il est un des piliers de la stratégie de déploiement de DSP2 pour le Groupe ;
Quatre assets digitaux communs transverses à tous les projets, chacun d’une nature différente, ils sont absolument essentiels au déploiement de tous nos projets digitaux :

L’ICG (Infrastructure de Confiance Groupe) : cette infrastructure nous permet de valider la réalisation des opérations bancaires. Nous avons conduit un énorme travail depuis 2017, avec les équipes de BPCE-IT, pour la rendre accessible 24h/24 et 7j/7.
La BAPI Factory : un investissement de départ important pour imposer une organisation d’architecture par API. Qui nous permet aujourd’hui de développer en « front-to-core » de manière plus simple et rapide, et dans le respect des exigences de sécurité. La BAPI compte aujourd’hui plus de 40 APIs et 200 requêtes en production, avec plus de 10 M de requêtes par jour.
Le programme ACDC, qui organise la collecte et l’automatisation du contrôle des documents clients, ainsi que la notification de documents manquants pour les clients. Ce programme permet d’améliorer notre connaissance clients en transverse de l’ensemble de nos produits digitaux.
Le design system : il s’agit d’un véritable actif pour notre filière de développement de produits, qui peut ainsi développer de manière plus homogène et plus rapide en réutilisant des briques essentielles communes. Le design system est l’outil de dialogue et de cohérence entre designers et développeurs. Combiné à l’approche market place, il va homogénéiser l’expérience de nos clients sur nos plateformes digitales.
 

L’ensemble de ces travaux est conduit dans un esprit extrêmement transverse, mobilisant les équipes de tous les opérateurs du Groupe, qui travaillent au quotidien avec les Product Owners, les UX, la sécurité, et avec l’appui de partenaires stratégiques externes. Au total, la Factory mobilise en moyenne plus de 1300 personnes (500 équivalents temps plein).

Les principes de fonctionnement, le « how »

Cette organisation, nous l’avons montée pas à pas et elle continue d’évoluer en permanence. Quelques principes forts sont au cœur de sa réussite.

Tout d’abord, le cœur du fonctionnement est d’avoir sur chacun de nos projets un triptyque BO/ PO/ Tech : un BO (business owner) qui porte la vision métier du projet, un PO (Product owner) qui porte le parcours utilisateur et la coordination des acteurs, un Tech lead qui porte la solution technique du projet. C’est par l’apport d’expertise de chacun que les produits développés remplissent pleinement les attentes des utilisateurs. Un grand soin est apporté à la dynamique du fonctionnement PO – Tech dans l’esprit agile.

Ensuite, nous travaillons en « front-to-back », c’est-à-dire que l’ensemble des éléments développés par la Factory le sont en cohérence avec les travaux des core bankings systems. Cela demande une coordination très forte entre les backlogs des produits digitaux agiles et ceux des systèmes bancaires.

Le troisième principe de fonctionnement, c’est le « security by design ». Nous avons à cœur de pouvoir déployer des produits industriels, et, pour cela, nos produits doivent remplir, dès le départ les conditions de cyber sécurité bancaire. Le responsable SSI est un membre clé du pilotage de la Factory. Tous les projets lancés impliquent, dès le cadrage, un correspondant SSI. Ce dispositif a été reconnu et étendu au fonctionnement RGPD.

Une fois les produits développés, l’enjeu est de pouvoir les déployer. Cela aussi s’organise et nous en avons fait un métier en soi. Il s’agit du dispositif « Deploy ». aujourd’hui, nous comptons une dizaine de PMO Deploy qui accompagnent le déploiement des produits sur le terrain, à la fois de manière technique, mais aussi au travers de formations, de suivi des premiers clients, etc.

Enfin, notre dernier principe de fonctionnement, c’est de garantir la qualité de l’expérience client. Ce besoin croit à mesure que notre patrimoine digital augmente et que son usage se développe. L’automatisation des tests, le suivi des changements et de leurs impacts, le suivi de la qualité en run, la mise en place de boucles d’amélioration continues (techniques et incluant les retours clients) notamment au travers de notre dispositif de Cocooning, etc. Tout cela se structure désormais de manière forte afin de pouvoir accompagner et piloter nos produits de bout en bout.

Les expertises transverses de la Factory

 Pour accompagner la conduite des projets et piloter l’usine, nous avons mis en place des fonctions transverses aux équipes de développement.

Tout d’abord, des fonctions d’expertise technique :

L’architecture : à mesure que le patrimoine digital a grandi et que les dépendances entre les projets se sont accrues, il est apparu primordial de mettre en place une équipe d’architectes dédiée aux enjeux de la Factory. Cette équipe est impliquée dans les instances d’architecture du Groupe, de la même manière que pour les autres opérateurs.
Les environnements : les environnements de tests sont un sujet majeur pour les équipes, sur lequel tout était à construire. Nous développons progressivement nos capacités pour tester les produits dans de bonnes conditions et identifier rapidement les anomalies dans les chaînes de développement et de test.
Les filières de développement : les équipes de développement de la 89C3 Factory partagent les bonnes pratiques et méthodes pour s’assurer de la qualité des développements réalisés. Les équipes 89C3 Factory sont très actives dans le cadre des travaux d’industrialisation menés au niveau du Groupe : le DevOps, le Cloud et les méthodes agiles, et, plus généralement, l’implication des équipes de BPCE-IT au plus tôt dans les projets pour prendre en compte les conditions d’exploitabilité. Les équipes participent également de manière active à l’externe du Groupe à des actions de place dans un souci de benchmark permanent.
Notre filière technologique est très active et en recherche d’amélioration constante, que ce soit sur les langages et les frameworks de coding/test ou dans les pratiques et l’artisanat du code : des guildes (aussi nommées communautés) se sont mis en place et sont animées par les leaders techniques eux-mêmes entre pairs – de façon entrepreneuriale, autonome et responsabilisante.
Au-delà de l’expertise technique, tout le dispositif de pilotage permet d’accompagner les travaux :

Des rituels au niveau de chacune des équipes, transverses au équipe et également au global pour pouvoir accompagner les réalisations.
Un pilotage actif des risques à la fois en anticipation et en réaction en cas d’incident.
Un suivi très structuré des engagements et du budget, qui permet de piloter au mois le mois les consommations de tous les contributeurs (iBP, IT-CE, BPCE-IT, Natixis, DSI BPCE, etc.), avec une restitution facilitée sur Power BI.
Tout ce dispositif est en constante évolution. Preuves qu’il fonctionne, les notes de nos applications sur les stores (4,6 en moyenne sur Android et iOS), la progression du Groupe BPCE dans les notations de l’agence D-Rating sur ces dernières années, plaçant désormais le Groupe juste derrière les pure players digitaux, ou encore notre capacité à intégrer en continu des changements dans nos produits en gardant une stabilité en production, et également la réussite de projets majeurs, comme DSP2 récemment. Ce dispositif fait d’ailleurs école au sein du Groupe, inspirant les opérateurs dans leurs propres fonctionnements.

Pour autant, ce n’est pas la fin de l’histoire, beaucoup reste encore à faire et l’ensemble des acteurs de la plateforme Client de la 89C3 Factory ont à cœur d’améliorer en continu ce fonctionnement industriel.

 

Contact blog: soraya.fleury@bpce.fr