Je ne peux pas, j’ai licorne !

27 novembre 2020

Vous avez peut-être récemment entendu parler de réunions au nom étrange de « Je ne peux pas j’ai licorne ! », voire vous avez aperçu cette devise sur des t-shirts. Vous vous êtes alors dit : ils sont devenus fous à la Data !

 Que nenni ! Licorne est le qualificatif donné à quelques projets, porteurs de ROI  (Return On Investment), sur lesquels le groupe a concentré ses efforts : par exemple, utiliser la data pour pousser la bonne offre à un moment important de la vie du client (naissance, retraite…). C’est aussi l’occasion de fédérer les énergies des acteurs de la communauté data et d’adapter nos méthodes de travail. 

 

Je voudrais l’illustrer par deux exemples qui m’ont particulièrement marqué. 
 
Le Groupe BPCE compte de plus en plus de Data Scientists, qui peuvent parfois se sentir isolés dans leur entité ou dans leur établissement bancaire.

Depuis quelques mois, une guilde des Data Scientists s’est formée pour favoriser le partage, notamment sur les projets Licornes. Un RDV récurrent « Je peux pas j’ai licorne ! »  s’est instauré, non seulement pour fluidifier les échanges entre pairs, mais aussi pour faire progresser la connaissance.

J’en veux pour preuve les sujets qui deviennent de plus en plus pointus… La dernière réunion était par exemple consacrée à l’explicabilité des modèles pour faciliter leur adoption par les métiers. 
 
L’autre exemple concerne les méthodes de travail. Les équipes de certaines Licornes embarquent des collaborateurs de plusieurs entités du Groupe BPCE : BPCE-SA, i-BP, IT-CE. Même si nous avons l’habitude de travailler ensemble, nous sommes allés un cran plus loin dans l’intégration, avec la création d’une équipe Agile multi-entités. Pour moi, c’était une première, et un challenge important.  Bien sûr, et heureusement, nous avons la méthode projet Groupe Tempo , qui est un solide point d’appui. Mais il a fallu homogénéiser nos fonctionnements respectifs, car chaque entité à sa maturité propre et son interprétation de la méthode.

Plusieurs ateliers menés par un coach Agile (qui avait mis en place l’agilité sur les équipe digitales) ont permis de converger :  

  • synchroniser les sprints et les cérémonies (Démo, rétro, daily…) ;
  • définir les rôles : Product Owner (PO), Scrum Master (SM) ;
  • partager un backlog commun.  

Ce sont des choses qui paraissent simples pour une équipe agile mono-entité mais qui nécessitent de la coordination pour une équipe multi-entités.

En effet, chaque acteur de l’équipe cœur appartient à une entité du Groupe BPCE et a ses contraintes propres. On peut par exemple avoir un PO BPCE SA, un scrum IT-CE, des Data Scientists i-BP et BPCE et des data engineers IT-CE et i-BP. Pour que cette équipe fonctionne, il est nécessaire d’alléger les engagements des acteurs envers leur entité de rattachement. J’ai alors libéré de la bande passante à plusieurs équipiers de mon domaine intervenant sur les Licornes pour qu’ils puissent s’y consacrer à 100%. Ainsi, nous avons progressivement substitué aux cérémonies Agiles de mon domaine des cérémonies Agiles 89C3 Factory. Par réciprocité, les PO ont abandonné certaines réunions pour s’intégrer dans les cérémonies Agile 89C3 Factory.  
 
Même s’il reste du travail et que la convergence n’est pas toujours facile, il y a eu beaucoup de chemin parcouru.

Les Licornes ont été un vrai accélérateur pour le « travailler ensemble » et ont contribué à la cohésion de la 89C3 Factory. 


 

 

Contact blog: soraya.fleury@bpce.fr